( 6 janvier, 2012 )

Prophétie du Grand Prophète Simon KIMBANGU

 

 

 

 

Simon KIMBANGU: ProphétieChaque être humain a reçu un don spécifique pour témoigner de la grandeur de notre Créateur. Dieu parle à travers les hommes qu’Il choisit. Le samedi 10 Septembre 1921 fut un jour spécifique pour l’Homme Noir. Tout au début du culte matinal, vers 9h00, le Grand Prophète Simon KIMBANGU entre dans l’enclos en rameaux; son visage est grave, son regard est vif et Il s’adressa à la foule en ces termes :

« Mes Frères, l’Esprit est venu me révéler que le temps de me livrer aux autorités est arrivé. Tenez bien ceci : avec mon arrestation, commencera une période terrible d’indicibles persécutions pour moi-même et pour un très grand nombre de personnes. Il faudra tenir ferme, car l’Esprit de notre Dieu Tout-Puissant ne nous abandonnera jamais. Il n’a jamais abandonné quiconque se confie en Lui.

« Les autorités gouvernementales (coloniales) vont imposer à ma personne physique un très long silence, mais elles ne parviendront jamais à détruire l’oeuvre que j’ai accomplie, car elle vient de notre Dieu, le Père. Certes, ma personne physique sera soumise à l’humiliation et à la souffrance, mais ma personne spirituelle se mettra au combat contre les injustices semées par les peuples du Monde des Ténèbres qui sont venus nous coloniser.

« Car j’ai été envoyé pour libérer les Peuples du Kongo et la Race Noire Mondiale. L’Homme Noir deviendra Blanc et l’Homme Blanc deviendra Noir. Car les fondements spirituels et moraux, tels que nous les connaissons aujourd’hui, seront profondément ébranlés. Les guerres persisteront à travers le monde. Le Kongo sera libre et l’Afrique aussi.

« Mais les décennies qui suivront la libération de l’Afrique seront terribles et atroces. Car tous les premiers gouvernants de l’Afrique libre travailleront au bénéfice des Blancs. Un grand désordre spirituel et matériel s’installera. Les gouvernants de l’Afrique entraîneront, sur le conseil des Blancs, leurs populations respectives dans des guerres meurtrières et s’entretueront. La misère s’installera. Beaucoup de jeunes quitteront l’Afrique dans l’espoir d’aller chercher le bien-être dans les pays des Blancs. Ils parleront toutes les langues des Blancs. Parmi eux, beaucoup seront séduits par la vie matérielle des Blancs. Ainsi, ils deviendront la proie des Blancs. Il y aura beaucoup de mortalité parmi eux et certains ne reverront plus leurs parents.

« Il faudra une longue période pour que l’Homme Noir acquière sa maturité spirituelle. Celle-ci lui permettra d’acquérir son indépendance matérielle. Alors s’accomplira la Troisième Etape. Dans celle-ci naîtra un Grand Roi Divin. Il viendra avec ses Trois Pouvoirs : Pouvoir Spirituel, Pouvoir Scientifique et Pouvoir Politique.

« Je serai Moi-même le Représentant de ce Roi. Je liquiderai l’humiliation que, depuis les temps les plus reculés, l’on n’a cessé d’infliger aux Noirs. Car, de toutes les races de la Terre, aucune n’a été autant maltraitée et humiliée qe la Race Noire.

« Continuez à lire la Bible. A travers ses écrits, vous arriverez à discerner les ACTES de ceux qui sont venus vous apporter ce livre et les écrits ou principes moraux contenus dans ce livre.
Il faut qu’un VOLEUR soit saisi avec l’objet qu’il a volé !

« Nous aurons notre propre Livre Sacré, dans lequel sont écrites des choses cachées pour la Race Noire et le Peuple du Kongo. Un Instructeur viendra avant mon RETOUR pour écrire ce Livre et préparer l’arrivée du Roi. Il sera combattu par la génération de son temps, mais petit à petit, beaucoup de gens comprendront et suivront son enseignement. Car sans cet Enseignant, qui préparera les Peuples Kongo ? Car l’arrivée du Roi sera très MEURTRIERE ET SANS PARDON.
Alors, il faut que les Peuples du Kongo soient instruits avant cet événement.

« Vous ne savez pas encore ce que c’est qu’une GUERRE SPIRITUELLE. Quand les Peuples Kongo commenceront à se libérer, tout pays qui osera attaquer le Kongo sera englouti sous les eaux. Vous ne connaissez pas encore la puissance de Ceux qui sont envoyés par le Père Tout-Puissant.

« A quoi sert à l’homme de s’attaquer à Dieu si, le jour de sa mort, même s’il avait beaucoup de biens matériels, il n’a même pas le temps d’arranger son doigt ? Vous ne savez pas de quoi est faite votre vie et POURQUOI vous vivez. Car, exister physiquement c’est apparaître comme presque RIEN.
Pourquoi tuer son prochain et espérer rester en vie, et pour combien de temps ?
Dieu n’est pas le temps, ni l’espace. Il est un TOUT dans le TOUT.

La génération du Kongo perdra tout. Elle sera embrouillée par des enseignements et des principes moraux pervers du monde Européen. Elle ne connaîtra plus les principes MARITAUX de ses Ancêtres. Elle ignorera sa Langue Maternelle. Alors je vous exhorte à ne pas négliger ni mépriser vos LANGUES MATERNELLES. Il faut les enseigner à vos enfants et à vos petits enfants. Car viendra un temps où les langues des Blancs seront OUBLIEES. Dieu le Père a donné à chaque groupe humain une langue qui sert comme d’une « alliance de communication »…

(Extraits de la Prophétie du Grand Prophète Simon KIMBANGU, Samedi 10 septembre 1921 à Mbanza-Nsanda, Kongo-Central).

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

( 12 août, 2011 )

« Mandombe »: Ecriture Négro Africaine

Mandombe, l’écriture négro-africaine est une révélation divine par Simon Kimbangu à Wabeladio Payi pour l’homme noir.

Cette écriture est un nouveau schème de développement de la civilisation négro-africaine moderne.
A plusieurs titres, elle préconise l’évolution multiforme des sciences, partant de la mécanique, de l’art, de l’architecture, des lettres, de la géométrie, etc.

En tant que graphie, elle renferme en son sein un ensemble de signes graphiques partant des réalités africaines. L’écriture Mandombe se veut un support de communication original le mieux adapté aux langues africaines. En d’autres termes, elle est une graphie correspondant aux systèmes linguistiques africains qui permet à n’importe quelle langue négro-africaine de reproduire ses sons sans peine. Elle permet à l’Afrique et sa diaspora de reconquérir son originalité en retrouvant une manière propre de penser, de s’exprimer, de créer, pour retrouver sa véritable identité et se rassembler autour d’un idéal commun, celui de bâtir un nouveau monde dans la diversité des nations et des idées.

En tant que nouvelle science, elle est une base de recherches susceptibles d’engendrer plusieurs réalités nouvelles dans différents domaines.
En fait, il existe deux étapes principales de l’écriture Mandombe, à savoir : apprendre à lire et à écrire puis passer au Kimbangula, c’est-à-dire l’aptitude à faire des découvertes et inventions en utilisant les éléments du Mandombe comme base de travail.
Développant l’intelligence et le jugement et stimulant l’esprit créatif des négro-africains, elle aidera l’Afrique noire et sa diaspora à sortir des limbes de l’oubli, de la marginalisation séculaire et de tout complexe d’infériorité.

Bref, l’écriture Mandombe en ce 21ème siècle est un sceau évident d’une nouvelle ère pour l’Afrique et sa diaspora.

Par conséquent, le Mandombe est, non seulement un outil d’alphabétisation, de la revalorisation de l’identité culturelle de l’homme noir mais aussi un dévoilement d’une autre compréhension scientifique de la culture africaine en vue d’apporter le savoir africain à la grande société des connaissances universelles pour le développement harmonieux de l’humanité.

Lire la suite…

( 15 mars, 2011 )

Simon KIMBANGU: le messie Africain (R.D.Congo)

Simon KIMBANGU

Simon Kimbangu, né le 12 septembre 1887 à Nkamba près de Mbanza-Ngungu et décédé le 12 octobre 1951 à Élisabethville (actuelle Lubumbashi), est un religieux congolais. Né dans l’État indépendant du Congo (futur Congo belge), il devient prédicateur dans les années 1920 et commence son ministère de prédication et de guérison le 6 avril 1921 à Nkamba. Connu pour ses enseignements qui donneront par la suite naissance au kimbanguisme.

Fils de Kuyela et Luezi Kimbangu, Simon Kimbangu est baptisé par la Baptist Missionary Society en 1915 et devient alors catéchiste. C’est à cette époque qu’il dit recevoir une vision divine, qui lui ordonne d’aller prêcher et guérir les malades. L’histoire veut qu’il ait alors guéri une jeune femme dénomée Nkiantondo au nom de Jésus-Christ, dans son village natal de Nkamba. Il acquiert vite la réputation de ressusciter les morts, de rendre la vue aux aveugles, de faire parler les sourds et muets, de marcher les paralytiques et de chasser les esprits démoniaques. C’est ainsi qu’il attire à ses prêches des milliers d’auditeurs et qu’il cause la méfiance des autorités belges. On le surnomme Ntumua ya Nzambi’a Mpungu, traduction en kikongo d’« envoyé de Dieu tout puissant ».

Bien que la prédication de Kimbangu n’ait pas de contenu politique affirmé, il prédit néanmoins la libération de l’homme noir sur un plan spirituel et physique, l’indépendance du Congo et la reconstitution de l’Empire Kongo, prophétisant la « deuxième indépendance » (dipanda dianzole en kikongo). Il ajoute qu’un jour l’homme blanc deviendra noir et l’homme noir deviendra blanc. Les autorités belges, alertées par les missionnaires catholiques et protestants, le font arrêter, ainsi que ses plus proches fidèles, le 12 septembre 1921 et l’accusent de sédition. Il est condamné à mort avant d’être finalement gracié par le roi Albert Ier de Belgique ; il voit sa sentence commuée en détention à perpétuité accompagnée de 120 coups de fouet.

Durant ses trente ans d’emprisonnement, Kimbangu continue d’être considéré comme un leader spirituel malgré l’absence de contact avec ses fidèles. Il devient également un symbole du nationalisme congolais. Il meurt finalement à la prison d’Élisabethville (actuelle Lubumbashi) en 1951.

À l’instar de Jésus-Christ, Simon Kimbangu choisit sept apôtres, pour l’accompagner dans sa mission, et édicte trois règles morales :

  • l’abolition des symboles religieux traditionnels ;
  • la suppression des danses érotiques et des tambours de danse ;
  • l’abolition de la polygamie.

Il s’oppose également aux pratiques magiques et à la sorcellerie.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

|